Trans Vercors 31-08/2015

septembre 2015 modifié dans Divers
Bravo à nos 2 braves compatriotes qui ont superbement bien terminé l'épreuve.

image


Plus d'info : http://www.transvercors-vtt.com/wp-content/uploads/2015/08/GTVETE15-RESULT-100KM-HOMMES.pdf

Réponses

  • Félicitations à vous 2
  • J'ai déjà eu de très bon échos sur cette course l'année dernière.

    Et vous qu'en pensez vous? Vous pouvez faire un petit CR ?

    Ça me tente vraiment ces trip vtt à l'étranger ;-)
  • Salut,

    Merci beaucoup.

    Nous allons vous faire ce soir un petit CR de notre séjour là-bas.

    Il s'agira de vous donner un max d'info sans aucune prétention, mais afin que vous ayez vraiment le plus de renseignements possible pour prendre la décision d'y aller ou non, tant au niveau des frais, que de la préparation ou du choix du parcours (km).

    Mais sachez déjà que les 100 km sont éprouvants. De plus, ce dimanche, il a fait très chaud (30° - 35°) et que l'eau a manqué un peu dans nos bidons, d'où diminution des performances --> moral assez bas --> moyenne km/h faible, mais on aurait pu faire mieux si ... . Mais bon, ce sera pour la prochaine fois. Là-bas ou ailleurs sur des trail XC longue distance.

    A ce soir.

    Daniel Vdt


  • Bonsoir,

    Voici donc d'abord quelques infos pratiques, car les coûts peuvent influencer votre choix, sauf si vous passez vos vacances dans la région.

    Trajet aller : 850 km (9h00 de route à l'aller (samedi) et 8h30 au retour (lundi) / péages aller : 42,00 EUR / notre inscription était offerte (35,00 EUR et une nuit à l'hôtel + petit déjeuner), sinon 1 chambre pour deux environ 120 EUR/nuit/déjeuner.

    Vous pouvez choisir 50, 80 ou 100 km. Les côtes sont assez raides et longues (très longues - 1h ou 2h d'ascension --> donc soyez prêts mentalement, car elles n'en finissent pas), souvent les chemins sont en graviers et difficiles. Les français de la région sont habitués à ces longues et interminables côtes qui sapent le moral, nous pas, donc il faut s'y préparer. Le fléchage est impeccable, il y a suffisamment de ravito et de point d'eau (2 sur le parcours), les signaleurs sont sympas et efficaces et les paysages à couper le souffle (si il vous en reste un peu). Mais, pour nous, vers le 70ème km, on en a bavé, car nous étions en 24/38 alors qu'il aurait fallu du 22/36. On a poussé le vtt sur 1 km ou 2 km par tronçon.

    Puis, ensuite, avant le ravito des 80 km, une descente de la mort, une vraie tuerie : un single track en épingles à cheveux de la mort qui tue, avec des gros rochers dans les virages, des marches, des racines et un chemin très étroit. Puis un single "normal" où j'ai vu des français chevronnés et certainement habitués, disparaitre de ma vue à la vitesse de l'éclair. Des fous ...

    Ensuite, 2-3 km sur de l'asphalte à 35° et plus à la vitesse de 10 km/h (c'était pourtant tout plat) avant de repartir sur la dernière côte de 5 km qui précède la descente de 6 km avant l'arrivée (descente en single dans les bois ou sur des chemins forestiers très caillouteux, donc très dangereux car pas de grip).

    Chapeau à ceux qui font cela en 5 heures, pour info, seul 9-10 coureurs sont en dessous des 6 heures, pour tous les autres, c'est de 6h15 à 9h00 de selle.

    Surtout, par ces chaleurs, il faut bien s'hydrater et ne pas hésiter à demander de l'eau aux randonneurs, car sans eau, c'est très dangereux.

    Altitude à St Martin = 600 m, à Méaudre = 1000 m et les sommets étaient à 1700 m. Donc, pour nous, petits belges à 600m, on a quand même quelques soucis avec nos globules rouges.

    Sur les 100 km, il n'y avait environ que 150-175 inscrits, donc cela vous donne une idée de la difficulté. Le vainqueur de cette année est celui qui a aussi gagné les 140 km de la Mont Blanc Race.

    En résumé, il faut une excellente préparation physique, un moral d'acier, un matériel en ordre (un full suspendu est l'idéal, pour moi, c'est même le minimum), bien manger les jours précédents la course, surtout augmenter ses réserves en sodium 72 à 96 heures avant (sinon bonjour les dégâts : crampes, malaise, perte de performance, etc) et rester réaliste dans l'objectif à atteindre. Aussi arriver un jour ou deux avant la course pour bien prendre la température du terrain.

    Bon voilà, je pense avoir tout dis.

    A l'arrivée, vous avez encore un ravito et un plat (voir photos sur le site : il y en a d'ailleurs une de moi dans la rubrique du photographe David Boudin / j'ai la vareuse Belgium et mon casque rouge). Tout est très bien organisé en tous cas. Il y a aussi des navettes de bus pour vous ramener avec votre vtt (voir infos sur le site).

    A++

    Si il y a encore des questions, n'hésitez pas.

    A dimanche à Barchon.

    Daniel Vdt
  • Salut Daniel,

    Merci pour ton compte rendu.

    Peux-tu me donner une cotation sur la difficulté technique et physique du parcours ?

  • Salut Daniel,
    Peux-tu me donner une cotation sur la difficulté technique et physique du parcours ?
    25/10. :-)


    Comme GG, j'avais en effet été briefé par notre connaissance commune sur ce superbe parcours et ton CR donne envie.
    Mon niveau actuel me fait par contre penser qu'il y a encore du chemin avant ça...
    Bravo aux petits Welketer pour les très bons résultats....
  • Bonsoir à tous,

    Difficulté technique : 8/10. Pourquoi?

    Les côtes ne sont pas vraiment plus dures que chez nous, mais là-bas, vous enchaînez 10 côtes d'affilées (sans aucune descente) surtout au début. Il y a principalement des chemins larges (2-3 m) puis des singles avec des cailloux et des rochers un peu partout. La difficulté principale réside à garder le bon rythme et le moral. Et bien s'hydrater.

    Au niveau technique, la difficulté majeure, à mon humble avis, se trouve dans les descentes. Car au plus on monte haut et au plus la chute sera dure. Donc, les descentes sont très longues (si on monte 15 km, on va bien devoir les redescendre, pareil si on monte 5 km, il va falloir aussi tout redescendre), très techniques et bonjour les douleurs aux bras et aux épaules. De plus, il faut rester concentré : difficulté supplémentaire, sinon, gare à la chute.

    Pour les descentes : une grosse descente très très très technique (quasi la seule) vers le km 72-74 et les descentes plus rapides sur des larges chemins mais rempli de ces blancs cailloux où le choix de la bonne (et il n'y en a qu'une seule) trajectoire est primordial --> sinon freinage d'urgence au bord du talus --> récupération de la trajectoire --> grosse frayeur --> relance du vtt. Rien d'autre d'insurmontable.

    Une bonne préparation devra se faire aussi sur la route pour le fond (des sorties de 100 à 150 km) et des raid vtt du style AT ou RDHF (60-80 km) seront aussi une excellente préparation. Les 20 derniers km se feront de toute façon à l'arraché et au mental.

    En fait, ce qui est dur, c'est de tout gérer en même temps : les difficultés, la longueur du parcours, les conditions climatiques, la vitesse, l'objectif à atteindre, la fatigue mentale et musculaire, les crampes, le mal de dos, etc.

    Bien sûr, vous pouvez aborder cette épreuve (les 80 km ou les 100 km) en mode rando, c'est aussi possible, donc dès ce moment, les contraintes sont moins invalidantes. La motivation est différente, on prend davantage le temps, donc on souffre moins.

    Difficulté physique : 7,5/10.

    Voir ci-dessus : bien gérer son effort, ne pas dévier de son (ses) objectif(s), rester concentré et profiter du paysage.

    Bien entendu, comme écrit ci-dessus, celui qui se met un objectif de 6h30 (tout à fait réalisable pour qqun de très bien entraîné) va souffrir davantage (encore que ...) que celui qui acceptera de terminer entre 7 - 8 heures.

    Il faut se préparer calmement dès le mois de mars et ne pas mettre de grosse compétition 15 jours avant cette course (sauf les pros, bien sûr).

    Petite parenthèse, dans la région de St Martin en Vercors, Méaudre, Autrans, il y a des milliers de cyclistes chaque année (because Gallibier,Alpe d'Huez, etc). La semaine après notre départ, 48 hollandais allaient dans le même hôtel que nous pour parcourir cette magnifique région à vélo.

    Voilà Seb, j'espère que j'ai répondu à ta question, sinon on pourra encore tailler une bavette à ce sujet lors d'une prochaine rando gghf.

    Allais,

    A++

    Daniel vdt
  • Je rectifie la difficulté physique, je me suis un peu gourré, je vais mettre 9/10.
  • Super débrief ! Ca donne envie ;-)

    En comparant avec la cristalp que vous avez fait l'année dernière, la quelle est la plus sympa a faire?
  • Salut GG,

    Les deux courses sont différentes. En Suisse, nous n'avions fait que les 68 derniers km qui, aux dires de tous, sont les plus beaux. Car, les 125 km et les 98 km empruntent des chemins plus roulants, voire de l'asphalte. Les 68 km sont plus variés et c'est sur ce parcours que se trouve le fameux et très célèbre portage de 45' à 75' qui mène au Pas de Lona à quasi 3.000 m d'altitude (le 23/08/2014 à 13h00, il faisait +1° au sommet ... :-) ). Ensuite, il y a encore un dénivelé+ de 200 m (mortel) puis la longue descente vers l'arrivée : d'abord un chemin de montagne assez large + épingles à cheveux, puis après le barrage un beau single jusqu'à l'arrivée. Le parcours suisse est plus accessible, nettement moins de difficultés, de pièges.

    En France, nous avons fait les 100 km, et au vu des difficultés, nous n'avons pas vraiment le temps de pavoiser ou de profiter. On souffre en silence. Même si l'altitude maximum ne dépasse pas environ les 1.700 m.

    Mon avis perso est que la Cristalp est la plus sympa, car tu profites davantage de la course, des paysages et des encouragements du public. Et elle est quand même moins dure, à mon sens.

    La Transvercors ne démérite pas au niveau du support du public et des bénévoles, je dirais que la ferveur et les encouragements sont identiques. Le public, "ce" public sait que l'on souffre énormément, dans les deux courses, et il a toujours un petit mot gentil ou un geste sympa pour nous soutenir. Mais la Transvercors (sur les 100 km, car je n'ai pas fait les 50 km ou les 80 km, il faut en tenir compte et être juste + correct dans le jugement) est plus exigeante, plus éprouvante et demande du biker davantage de force physique, de bagage technique et surtout, un mental d'acier.

    Voilà, j'espère avoir répondu à ta question.

    Maintenant, je vais réfléchir un peu à mon prochain objectif, manière de rester motivé, et je crois que je vais m'inscrire à la MB Race en 2016 sur les 140 km (7.000 m dénivelé +).

    Je ne rajeuni pas, donc, c'est le moment ou jamais.

    A++

    Daniel Vdt

  • Salut Daniel, merci pour tes bons comptes rendus.

    Je me tate aussi pour faire une grande course a l'étranger l'année prochaine ;-)

    Par contre la MB race ne me tente pas, je trouve que c'est juste de la surenchère de d+ faite pour les pros, pour les vttistes lambda comme nous, c'est plus un défi aventure (poussage et portage), certainement moins ludique que d'autres.. par contre au niveau paysage, ça va le faire ;-)

    On se verra peut être demain a Housse ;-)

  • Salut Daniel, merci pour tes bons comptes rendus.

    Je me tate aussi pour faire une grande course a l'étranger l'année prochaine...

    Par contre la MB race ne me tente pas, je trouve que c'est juste de la surenchère de d+ faite pour les pros, pour les vttistes lambda comme nous, c'est plus un défi aventure (poussage et portage), certainement moins ludique que d'autres.. par contre au niveau paysage, ça va le faire ;-)

    On se verra peut être demain a Housse !

  • Salut GG,

    Samedi prochain, le 12/09, on va à Daun (DE) participer à l'Eifel Bike Marathon. Jusqu'à présent on avait fait les 60 km et samedi, ce seront 85 km. C'est assez roulant quand même, pas trop dur (mais bon, il faut quand même garder le rythme tout au long de la course). Il y a une excellente ambiance et c'est très bien organisé (on est quand même en Allemagne). Mais, cela n'a rien à voir avec le Grand Raid ou la Trans Vercors, c'est juste pour garder de la motivation et se faire plaisir.

    Pour la MB Race, je suis un peu d'accord avec toi, mais perso j'ai besoin d'avoir un objectif important pour garder la motivation durant 8-10 mois (même si entre-temps, il y a quelques courses comme l'AT ou le RDHF), j'ai envie de me surpasser et de voir de quoi je suis capable ou pas. Même si je ne réussi pas (mais personne ne peut le dire), il s'agira toujours d'une belle expérience de biker : l'ambiance sur place avec les autres participants, les paroles échangées avant/pendant/après la course, c'est toujours fabuleux et cela fait partie des souvenirs, puis on peut dire modestement et humblement : "J'y étais une fois dans ma vie". C'est comme le Tour de France pour un cycliste ou monter le Mont Ventoux pour un passionné ou escalader le Kilimandjaro pour un alpiniste.

    C'est un aboutissement.

    Maintenant après, on peut encore viser plus loin, plus haut ou plus fort. Mais bon, atteindre cet objectif ou terminer des courses par étapes comme la Transpyr ou la Trans Maurienne, c'est quand même beau, non?

    Enfin voilà, c'est juste un peu d'avenir.

    Sur ce,

    A++

    Daniel Vdt
  • septembre 2015 modifié
    Slt Daniel, j'ai vu ton passage sur la vidéo du site officiel......

    Pour celui qui veut..... 5m40s :-) :-)

    http://www.transvercors-vtt.com/2015/09/04/video-vercors-tv/
  • Salut Eric,

    Le reportage est bien fait : ça à l'air si facile ... :-)

    Il faut bien attirer le chaland. Mais, c'était quand même une très très belle expérience à tous points de vue.

    A la prochaine,

    A++

    Daniel
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.